• Vacances à Moriani

Palazzi di l’Americani

Les palais des américains


Sous ce titre évocateur, se cachent des bâtisses que l'on trouve encore et surtout dans le Cap Corse.


Mais dans les faits, on ne peut pas vraiment parler de palais…

... ni d’Américains non plus !


Ces « Maisons d’Américains », comme les appellent les Corses, datent du 19ème et début du 20ème siècle. A cette époque, de nombreux corses d’origines sociales diverses, sont partis tenter leur chance outre-Atlantique, aux "Amériques"...

Tous ne sont pas allés aux Etats-Unis… Certains misèrent sur le Pérou, la Bolivie, le Mexique, le Vénézuela, les Antilles ou Haïti. Cela ne les a pas empêchés de réaliser quand même "leur" rêve Américain ! Ils ont fait fortune dans le commerce, la culture du café, le sucre de canne, la vente d’esclaves… Car l’Amérique est une terre où l’on fait fortune, la main d’œuvre y est bon marché et les opportunités énormes. Les migrations commencent dès 1540, sur les traces de Christophe Colomb. Les premiers émigrants corses sont souvent originaires de Calvi, surtout au début du 17ème siècle ; mais la plus grande vague se situe en fait au 19ème. À cette époque, ce sont un peu plus de 4000 corses, pour une bonne partie cap-corsins, qui franchiront l’océan Atlantique. Ils partent souvent pour des raisons économiques, certes, mais ce n’était pas forcément des gens pauvres : On y trouvait aussi des notables, des médecins et des gens qui jouissaient d’une certaine fortune. Parfois ce sont des lignées entières qui s’expatriaient, décidant de tenter l’aventure américaine parce qu’ils ont un cousin, un frère, quelqu’un du village qui est déjà présent sur place et qui les y attend. D'autres fois, c'est toute une partie de la pieve qui émigre ainsi : la fratrie, mais aussi les cousins, les proches... Jusqu'aux voisins! Cela touche aux histoires de famille, aux liens qu’ils ont tissé les uns avec les autres et aux «recommandations » dont ils pourront se prévaloir quand ils arriveront sur place. Au 18e siècle, la tendance s’amplifie sous l’effet de la crise économique qui frappe l’île. Toujours, du Venezuela aux États-Unis en passant par Porto Rico, ils vont faire fortune dans les exportations et le commerce en fonction des richesses du pays et de leur sous-sol. Ce n'est que fin 19ème que certains d'entre eux (10 à 15%) reviendront en Corse.  Dans les siècles précédents, rares ont été ceux qui sont rentrés au pays ; ils se sont plutôt installés dans les ports d’Espagne ou à Livourne, car ils pouvaient y gérer leurs affaires et profiter de leur fortune dans de meilleurs conditions. A partir des années 1890, la corse passée sous la souveraineté française a pu leur garantir une certaine stabilité politique ce qui a favorisé les retours et les re-installations.


Car c'est au travers de ces maisons que les corses ont pu mettre en avant leur prospérité.

En effet, ces palazzi (palais) célèbrent l'ascension sociale et la fortune que ces aventuriers ont accumulée. Il faut montrer sa réussite aux yeux de tous :  On fait donc construire maison et tombeau, deux des premiers et plus spectaculaires signes extérieurs de richesse.


Ces maisons sont beaucoup plus grandes et plus belles que les maisons des villages. Ce sont des bâtisses rectangulaires, d’inspiration toscane et coloniale,  généralement coiffées d’un toit à quatre pentes en lauzes du pays. Elles ont des arcades, des colonnes, des balcons, des plafonds merveilleusement peints. Elles sont placées sur une hauteur ou dans un endroit privilégié, souvent entourées d’un jardin arboré en terrasses avec des palmiers ou des arbres exotiques. Certaines ont des caves avec des portes à deux vantaux ou des portes doubles en bois de châtaigner.. On y remisait les outils de jardin, parfois même on pouvait y trouver un moulin à huile ou un pressoir à olives. A l’intérieur, il y a souvent un escalier très large, entouré de colonnes de faux marbre menant aux étages. Sous celui-ci est aménagé un vaste espace de rangement pour les meilleurs vins. Les pièces ne sont pas toujours très grandes mais elles bénéficient du meilleur confort de l’époque : eau courante, salles de bain, four à pain, etc.. Par la suite, ces constructions donneront des idées aux notables locaux (surtout des négociants de cédrats) et des bâtisses seront construites dans le style « américain » par des gens qui ne sont jamais allés aux Amériques, .... mais qui en ont toujours rêvé !





A voir principalement à San Martino di Lota, Luri, Morosiglia, Sisco ou Pino.


Certains d'entre eux ont été réhabilités en hôtel de caractère ou maison d'hôtes, d'autres en lieux d'expositions, de concerts ou de réceptions... Les visiter reste toujours un privilège.

#palazzi #amérique #fortune #capcorse

25 vues

© Vacances à Moriani - depuis 2011

  • Google+ Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon