• Vacances à Moriani

Orezza Suttana


Le canton est situé à l’est de Corte et au cœur de la Castagniccia. Il comprend 2 pièves : Celle d’Orezza et celle d’Alisgniani. La pieve d'Orezza peut se diviser en deux parties : Orezza Suprana (Surmonter en Corse, soit en haut) et Orezza Suttana (littéralement balayer, et par extension, près du sol, en bas)



Orezza Suttana regroupe les villages de Monacia d'Orezza, Parata, Piazzole, Rapaghju, Valle d'Orezza.


Monacia d'Orezza

Munacia d'Orezza fait partie du Parc Naturel Régional de la Corse, au coeur de la Castagniccia dans la pieve d’Orezza.

Entre 307 et 1200 m d’altitude, Munacia d'Orezza est composé de cinq hameaux : Picchiaracce, Teghia, Gallico, Casanova et Osto.

Son nom «Monaccia» vient probablement de sa fondation par les moines bénédictins de l’abbaye de Monte-Cristo. Les artisans y fabriquent et vendent des fromages de chèvre.

Son église paroissiale San Mamiliano possède un clocher isolé, original et rare dans la région. La tour-clocher de l’église domine toute la vallée d’Orezza.

La chapelle San Bertuli, construite à 1074 mètres d'altitude et accessible à pied après 1h de marche depuis la place du village. Le panorama y est grandiose.

Autrefois, le village était l’un des principaux centres de fabrication de la poterie amiantée. Très résistante au feu par le mélange d’argile et de fibres d’amiante, elle était fabriquée par les femmes, tandis que les hommes travaillaient l’argile et vendaient les poteries.

De nos jours (2017) il y a 23 habitants.



Parata

Situé entre 417 et 1248 mètres d'altitude, le village ne compte plus que 23 habitants (2017).

L'église paroissiale Saint-Gavin date du XVIIe siècle et fut restaurée au cours du deuxième quart du XIXe siècle.

C'est un édifice de plan allongé, formé d'une nef à vaisseau et chapelles latérales et d'un chœur en retrait. On note la présence d'une tour-clocher. Le gros œuvre est en schiste et moellon alors que la couverture est en ardoise. À l'intérieur, plusieurs autels sont décorés de sculptures et de peintures.


Piazzole

Situé au Nord-est de Piedicroce et construit au flanc d’une montagne, Piazzole présente la plus petite superficie de la Haute-Corse. Ce village connaît un regain de vitalité depuis les années 80 ; avec ses 60 habitants, il est aujourd’hui l’un des villages les plus peuplés d’Orezza.

Situé à 521 mètres d'altitude, le Fleuve Le Fium Alto, le Ruisseau Palatina, le Ruisseau de Polveroso sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Piazzole.

Selon les anciens, les pierres du premier village Francolaccia auraient servi à la construction de Piazzole, probablement au début du 17ème siècle. Le manque d’eau et une invasion de furmiguloni (grosses fourmis noires) seraient à l’origine de ce déplacement. On peut encore apercevoir quelques ruines.

L’église paroissiale de l'Annonciation, actuellement en restauration, possède une porte qui, dit-on, aurait été sculptée au couteau par un bandit repenti caché dans le clocher. Le patron de la ville est St Césaire, diacre et martyr de Terracina.

De nos jours, le dernier muletier de la piève d'Orezza se trouve dans le petit village de Piazzole.



Rapaghjiu

Le village médiéval est très ancien, comme en témoigne l’architecture de ses maisons et son église à la façade en pierres apparentes.

Rapaggio est surtout réputé pour les eaux ferrugineuses d’Orezza, qui sont connues et exploitées depuis l’Antiquité. Les sources d’Orezza naissent sur les rives du Fium’Alto à 360 mètres d’altitude. Autorisée à la commercialisation en 1856 et déclarée d’utilité publique dix ans plus tard, elle est très riche en fer et en bicarbonate, ce qui en fait une eau recommandée contre les maladies du foie. L’eau qui jaillit devant le centre d’exploitation est non traitée, mais reste buvable. Autrefois, de nombreux curistes venaient y prendre les eaux, comme en témoignent les photographies exposées dans le musée, mais l’établissement thermal fut abandonné en 1934.

Le domaine GRANAJOLA, face au bourg de Stazzona, dominant les sources d'Orezza était une propriété du Docteur Manfredi, médecin des eaux dont le cabinet se situait à l'endroit de la boutique actuelle de la source d'Orezza. Ce domaine fût transformé en hôtel pour les curistes.

Aujourd’hui, après la fermeture de l’exploitation pour cause de délabrement des installations, l’usine s’est modernisée, et les bouteilles d’eau d’Orezza trouvent leur place sur les plus grandes tables françaises et étrangères, ainsi que dans les épiceries de luxe (Colette, Harrod’s). Situé à une altitude entre 318 et 768 mètres d'altitude, le village abritait 26 habitants en 2017.


Valle d'Orezza

Ce village d’une cinquantaine d’habitants est surtout réputé pour ses artisans qui travaillent le bois, principalement l’olivier, l’aulne et la bruyère. Ils fabriquent surtout des pipes, mais aussi des couverts et toutes sortes d’objets. L’artisanat du bois, aujourd’hui quasiment en voie de disparition, était autrefois l’une des principales activités économiques du village.


Aujourd'hui Valle d'Orezza, grâce à la ténacité de quelques-uns attachés viscéralement à leur village, vit de la châtaigneraie, de l'élevage et de la transformation charcutière.


Chaque hameau compte encore quelques maisons en bâti traditionnel : pierres de schiste, toits de lauze et charpentes en châtaignier, escaliers et passages étroits sur des chemins pavés, car les bâtisseurs de Castagniccia utilisaient surtout les matériaux trouvés sur place. Beaucoup se chauffent encore au bois et les nombreuses coupes de bois qui se constituent autour des maisons au fil de l’été témoignent des hivers rigoureux. Plusieurs séchoirs à châtaignes indépendants ont été transformés en habitation ou remises. Deux fours à pain subsistent dans le hameau central. Escaliers, passages typiques étroits entre les bâtisses, petits chemins, sont pavés d’ardoise et de schiste.


La commune est composée de six hameaux : Tramica, Pedipetru, Aidana, Poghju, Palaghjacce et Poghje. Valle d’Orezza, en est le centre.


A voir :

Eglise Sainte Marie

Classée monument historique, cette église se compose d'une nef et de chapelles latérales à pans coupés, ainsi que d'un clocher à trois niveaux, à l'alignement de la façade principale. Cette dernière est surmontée d'un fronton triangulaire.

De longs mois de chantier de restauration ont fait ressusciter cette perle magnifique dont les couleurs harmonieuses de la nef, décoration baroque dans des tons ocre rouges et jaunes, contrastent avec la sobriété extérieure de l’édifice. Des colonnes torses dans les chapelles latérales, des guirlandes, des volutes et des anges ailés et au-dessus du chœur, un plafond voûté peint. La porte est particulièrement belle, sculptée et teintée dans des couleurs vives … Les différents autels (8) présentent une diversité intéressante de styles. Ils portent des tableaux et des voûtes sculptées ornées de saints et de chérubins. Le patrimoine religieux y est dense. Outre les tissus brodés de fils d’ors, l’ostensoir est un cadeau prestigieux, sur lequel, gravé sur le haut du pied on y lit clairement: « offert par sa Majesté l’Empereur Napoléon III à l’église de Valle d’Orezza (Corse) 1870 ».


La chapelle Sainte Rita, appelée également chapelle de la Confrérie des Pénitents de Sainte-Croix, fait partie de l’ensemble de l’édifice de l’église Sainte Marie. Son bâti est donc identique : pierres sèches, dont l’enduit a été restauré, et toit recouvert de lauzes. Cette chapelle possède en ultime trésor de nombreuses dalmatiques, écharpes et bourses de toutes sortes, parfaitement conservées, tramées et brodées de fil d’or.



La chapelle Saint Georges (San Giorgio), date du XIème siècle. Placé sur une crête au milieu des châtaigniers, c’est la seule chapelle de Valle d’Orezza qui se trouve loin des habitations. Elle se distingue par le jeu de couleurs des pierres dont elle est construite. Endommagée par une tempête de neige, la chapelle du XIème siècle, partiellement détruite, elle a été réparée au XVIème siècle mais ne fut classée aux Monuments historiques qu’en 1976. San Giorgio est un bel exemple de chapelle de montagne, située à la croisée de chemins muletiers. Elle charme par son emplacement mais aussi par le jeu de couleurs des blocs dont elle est construite. Chapelle composée d'une nef couverte d'une charpente et d'une toiture en teghie. Les murs en appareil de schiste offrent une alternance d'assises larges et minces. La porte occidentale a des pieds droits monolithes et est surmontée d'un large linteau rectangulaire dont la partie inférieure est évidée selon un tracé plein cintre simulant un tympan. Le fronton est orné de la croix ajourée. Le mur oriental est surmonté d'un petit clocheton arcade, construit postérieurement.


La petite chapelle St Jean Baptiste (le décapité) (Poggie), date de 1656 et ne possède pas de clocheton à proprement parler. Seule, au faîte du toit au-dessus de l’entrée, une petite cloche se dresse tenue par son support métallique. Cette petite chapelle se trouve dans le hameau de Palaghjacce, à mi-chemin entre le hameau central et le haut hameau de Poggie.


La chapelle Saint Antoine n’a pas de cloche non plus. Deux petites cloches sont installées sous une arcade dans la ruelle attenante. Cette petite chapelle, toute en hauteur au sommet de plusieurs marches, étroitement enserrée entre les habitations du centre du hameau de Tràmica, est presque invisible.


La chapelle Saint Jacques Philippe, privée, se trouve à l’entrée du hameau de Tramica. Son bâti traditionnel en pierre de taille la rend intéressante et unique, le linteau de sa fenêtre supérieure est remarquable. (L’intérieur n’est plus utilisé pour le culte.)


La chapelle Notre Dame des Neiges (Poghju), possède des fresques naïves de petites tailles et un escalier extérieur imposant.


Funtana Maio : Cette fontaine-lavoir couverte, très imposante, se trouve dans le hameau central de Tramica entre les jardins, après les dernières maisons. L’eau de cette fontaine est potable et très fraîche. Lieu de pique-nique par excellence cette "funtana" est bordée de deux terrasses où il fait bon se restaurer. Une grande croix de bois, avec des ornements sculptés symbolisant la dé-crucifixion, se dresse entre les terrasses.



A suivre : Orezza Supprana

40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout