• Vacances à Moriani

La piève de Vallerustie


Vallerustie est une ancienne piève de Corse. Située dans le centre-est de l'île, en Castagniccia, elle relevait de la province de Corte sur le plan civil et du diocèse d'Aléria sur le plan religieux.

Cette piève occupe la partie haute de la vallée de la Casaluna qui longe le versant occidental du massif schisteux du San Petrone avant d'aller grossir le Golo. C'est une vallée encaissée aux nombreux ravins d'où s'écoulent de nombreux ruisseaux.



La piève de Vallerustie est jumelle de celle de Rostino (même radical étrusque) dont une grande partie partage le bassin de la Casaluna.

Des villages des deux pièves se sont unis pour constituer le Syndicat intercommunal de la vallée de Casaluna.


Le versant droit de la piève est couvert par la forêt de San Pietro d'Accia composée principalement de châtaigniers retournés à l'état de forêt jusqu'à 800 mètres environ, et de hêtres à l'étage supérieur.



En aval, le versant gauche est occupé par la forêt de Pineto, (les pins). En bordure de route dans la vallée, on découvre le romarin "Corsican Blue", une variété rampante endémique, caractéristique par ses branches pendantes et ses nombreuses fleurs bleues.


carte des pièves de Haute Corse
La piève de la Vallerustie

La piève de Vallerustie occupe la partie haute de la vallée de la Casaluna.


Au XVIe siècle vers 1520, elle avait pour lieux habités : Carticasi, Candia, Loriani, Corsuli, Santo Quilico, li Forci, lo Tribio, Coibiti, le Noce, lo Borgo, Aiti, Lano, Errone, Rusia


Cette piève constitua, à partir de 1790, le canton de Vallerustie, puis, dès 1828, le canton de San-Lorenzo.


Ses habitants sont pour la plupart agriculteurs. La piève produisait du blé, du vin, des châtaignes et de l’huile.






La piève de Vallerustie est riche en histoire, depuis le Néolithique jusqu'à nos jours.




La stantara de Petra Frigiata, une statue-menhir, et l'énorme bloc rocheux couvert de carrés et de losanges tout proche qui fut découvert en 1955 et daté de l'âge du fer.



Deux chapelles romanes du XIIIe siècle : Santa Maria et San Quilicu, les édifices religieux et le bâti moyenâgeux des villages sont là pour expliquer le riche passé de la vallée.

Des efforts sont actuellement entrepris pour la restauration et la sauvegarde de plusieurs édifices sacrés.


La piève de Vallerustie se compose des communes de : Aiti, Cambia, Carticasi, Érone, Lano, Rusio, San-Lorenzo.



San-Lorenzo est historiquement le chef-lieu de la piève de Vallerustie. Il conserve un très joli patrimoine religieux

  • L'église paroissiale San Lorenzo est d'origine médiévale. Elle a été remaniée au XVIIIe siècle par l'ajout d'un tympan (pièce de remplissage de la voûte) et de piédroits (murs verticaux supportant la naissance de la voûte) monolithes, ainsi que d'un campanile isolé. Des travaux de restauration ont été effectués ; ils ont consisté en la réfection du toit en lauzes, le crépissage extérieur, la refonte et l'électrification des cloches, le dallage en marbre de l'intérieur de l'église, l'assainissement extérieur et la réfection des peintures de l'intérieur. En juin 2005, le clocher a été refait avec pose d'un paratonnerre.

  • Chapelle Saint-Antoine au hameau d'I Forci (794 mètres d'altitude). C'est une minuscule chapelle privée. Elle comporte des objets remarquables, notamment le tableau du maître-autel représentant la Vierge et l'Enfant recevant l'hommage de Saint-Antoine datant de 1637, toile qui a été restaurée à Paris en 1986 grâce à des dons. Ses toiture et clocher ont été restaurés en 1985.

  • Chapelle Saint-Michel édifiée au XIIIe siècle à 822 mètres d'altitude sur un éperon rocheux, au nord-ouest d'Oliva. Cette chapelle a été refaite au XIXe siècle. Elle n'est accessible qu'à pied.

  • Chapelle de Sainte Lucie au hameau de A Casanova

  • Ruines de l'ermitage Sant'Antone di u Porcu, situées sur le col entre A Casanova et U Salgetu

  • Oratoire de la Vierge Marie, dans la vallée de la Casaluna



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout